blog
Des actions pour préserver et développer la biodiversité

10 actions pour préserver et développer la biodiversité

dans votre entreprise ! 28 juin 2021
La biodiversité est l’affaire de tous. Elle nous entoure au quotidien et toutes nos activités en dépendent. La biodiversité nous approvisionne en ressources naturelles, régule les phénomènes naturels dont nous dépendons (température, climat, filtration de l’eau de pluie dans le sol, pollinisation…) et nous offre de nombreux services culturels (activités de plein air, tourisme, inspiration…).

Elle est surtout le fondement de tous les écosystèmes en fournissant à la faune et la flore un espace de vie (formation des sols, réalisation des cycles des matières…) : tous ces services sont appelés « services écosystémiques ».

Agir en faveur de la protection de la biodiversité est à la fois bénéfique pour la faune et la flore locales, mais aussi pour les entreprises elles-mêmes, qui profitent des services offerts par la nature. 40% de l’économie mondiale repose sur ces services d’après le Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

Améliorer, valoriser et restaurer la biodiversité présentent donc des intérêts économiques, écologiques et sociaux. Voici une liste de 10 actions à mettre en place sur son site, afin d’intégrer durablement la biodiversité !

1. Réaliser un audit biodiversité et mettre en place une stratégie biodiversité

L’objectif d’un Audit Biodiversité est de connaitre l’état de santé initial de la biodiversité d’un site, et les milieux naturels présents à proximité, mais également d’évaluer les principaux impacts, dépendances, et interactions des activités vis-à-vis de la biodiversité. Cela permet d’en identifier les principaux enjeux et de définir un plan d’action pertinent et adapté pour améliorer l’existant. Les actions sont hiérarchisées, ce qui permet de commencer par des actions phares qui rassemblent les salariés, ont un impact positif pour la biodiversité et sont pérennes dans le temps. Sur la base de cet Audit Biodiversité et suite à l’élaboration du plan d’action, il est possible d’aller plus loin en définissant une réelle stratégie biodiversité d’entreprise pour couvrir tout le périmètre de l’activité et augmenter son impact.

2. Sensibiliser, former, communiquer

La sensibilisation et la communication auprès des collaborateurs sont indispensables pour mettre en œuvre des actions concrètes adaptées au contexte et durables. Cela permet de faire monter en compétence son équipe afin qu’elle prenne à bras le corps le sujet. C’est en communiquant sur les enjeux actuels que les mentalités et les comportements vont changer. La communication peut se présenter sous forme de documentation (articles, newsletters, affiches, vidéos, publications sur les réseaux sociaux), de formations (en interne ou par des intervenants extérieurs), mais aussi sous forme d’animations tout au long de l’année. C’est l’occasion de mettre en valeur certains projets en faveur de la biodiversité, portés par l’entreprise (atelier de confection de nichoirs, sciences participatives, conférences, potager...).

3. Intégrer des critères biodiversité dans le fonctionnement quotidien

Nous connaissons tous des écogestes en lien avec l’énergie et la production de déchets. Mais qui connaît les écogestes ou bonnes pratiques au bureau pour la biodiversité ? L’activité quotidienne au sein d’une entreprise présente des impacts qu’il est possible d’identifier et de réduire par des actions simples à mettre en œuvre. L’intégration de critères biodiversité dans la politique achat, la mise en place d’une charte biodiversité au sein de l’entreprise, l’optimisation de la gestion des déchets, la communication auprès des salariés autour des écogestes biodiversité à pratiquer dans leur quotidien (affichage dans les bureaux, communication au fil des saisons…) sont autant d’actions permettant de considérer la biodiversité dans son quotidien.

4. Gérer écologiquement ses espaces verts

Une gestion écologique des espaces verts permet d’améliorer la biodiversité locale et d’économiser les ressources naturelles. Nombreuses sont les pratiques écologiques de gestion et le choix dépend deu contexte : lutte biologique qui élimine les parasites tout en respectant la biodiversité, installation de friches dans des zones à forte valeur écologique qui servent d’habitat et de zone refuge pour la faune, lutte contre la fragmentation des habitats en contribuant aux corridors écologiques en mettant en place des clôtures perméables...

5. Mettre en place des labels et certifications «biodiversité »

Les certifications et labels « Biodiversité » aident les entreprises à structurer et à valoriser leurs démarches de prise en compte de la biodiversité. Selon le périmètre à labelliser, il existe des outils de valorisation dédiés à la biodiversité. Dans le domaine du bâtiment, des certifications comme Biodivercity ou Effinature prennent en compte la biodiversité dans les projets immobiliers de construction, de rénovation et d’aménagement. Les bonnes pratiques appliquées à un espace vert en entreprise peuvent être valorisées par des labels spécifiques comme EcoJardin et EVE (Espace végétal écologique). Une entreprise peut aussi valoriser l’intégration de la biodiversité dans son fonctionnement. La certification AFAQ Biodiversité basée sur les lignes directrices de la norme NF X-32-001 récompense les structures qui s’inscrivent durablement dans une démarche Biodiversité. Afin de s’engager et se mobiliser dans un développement économique plus favorable à la biodiversité, il est également possible de devenir une « entreprise engagée pour la nature » Act4nature France.

Ces démarches constituent de véritables outils de valorisation dans le cadre d’une action de communication.

6. Contribuer à la recherche

Il est possible d’aider la biodiversité à plus grande échelle en contribuant au domaine de la recherche. Les sciences participatives proposent à tous les citoyens de contribuer à l’amélioration des connaissances sur la biodiversité. Cela permet de récolter une grande quantité de données sur l’ensemble du territoire, de manière répétée dans le temps, que les chercheurs n’auraient pas pu obtenir seuls. Les données sont récoltées par des observatoires :le programme Vigie-Nature consiste à suivre les espèces communes (faunes et flores) à l’échelle nationale, le programme Spipoll fait un suivi photographique des insectes pollinisateurs, et le programme SHOC fait un Suivi Hivernal des Oiseaux Communs. Il est aussi possible de contribuer à l’alimentation d’inventaires nationaux comme l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel).

D’autres protocoles de recherche existent, par exemple via l’utilisation de bioindicateurs permettant d’enrichir la connaissance de son environnement et de suivre l’impact de ses actions.  

Contribuer ainsi à la recherche permet d’enrichir la connaissance de la biodiversité locale afin de mettre en place des mesures pertinentes.

7. Installer des aménagements biodiversité

L’artificialisation des sols, liée entre autres à l’étalement urbain, engendre une disparition des habitats et des ressources nécessaires à la biodiversité. Afin de répondre à cette « crise de l’habitat », il est possible d’intégrer des aménagements directement sur le bâtiment (mur, toit, le long des fenêtres…) ou dans les espaces extérieurs. Les aménagements à mettre en place sont nombreux : on trouve des nichoirs pour l’avifaune (hirondelles, martinets, mésanges…) mais aussi des nichoirs à pollinisateurs sauvages et des hôtels à insectes. Certains modules comme les mangeoires à oiseaux permettent d’observer la faune directement sur site. Attention à ne surtout pas installer ces aménagements sans connaître la biodiversité présente sur votre site et aux alentours au préalable ! Ces actions peuvent vite être contreproductives. Un guide vous est proposé pour vous aider dans le déploiement de cette action !

8. Lutter contre l’imperméabilisation des sols

L’imperméabilisation des sols et le ruissèlement des eaux de pluie ont des effets dévastateurs sur l’environnement. Une des solutions à ces problématiques est de désimperméabiliser les surfaces minérales et de développer les espaces verts. Les ouvrages comme les parkings perméables, toitures végétalisées ou murs végétalisés permettent de mieux gérer les eaux de pluie. Ils possèdent de nombreux autres avantages tels que la réduction des ilots de chaleur urbains, la fixation des polluants, la création de corridors écologiques, la création de zones refuges pour les oiseaux et l’attraction des pollinisateurs. Là encore, il faut savoir adapter ces ouvrages aux espèces déjà présentes sur le site, en priorisant celles qui sont directement menacées par l’activité. 

9. Améliorer le cadre de vie : biophilie

La biophile est l’attraction naturelle que l’homme a envers la nature. Des études montrent que le contact avec la nature apporte du bien-être et est indirectement bénéfique à l’entreprise, car le bien-être est corrélé avec l’efficacité au travail. En moyenne, nous passons 80 % de notre temps dans un environnement bâti. Il est possible de développer l’aspect biophilique de son site afin de ramener le vivant dans son lieu de travail et d’augmenter le rapport à la nature des collaborateurs (végétalisation intérieure, espaces de détente au cœur des espaces verts, éclairage naturel maximisé…).

10. Améliorer la qualité écologique de son site

Pour les sites possédant des espaces extérieurs, il est possible de travailler l’existant afin d’améliorer la biodiversité. Souvent, la flore en place est très horticole, dans un but esthétique, et donc peu intéressante pour la biodiversité. Favoriser l’installation d’espèces rustiques qui demandent peu d’entretien et qui sont attractives pour la faune (mellifères ou fruitières) est une réelle plus-value pour la biodiversité. Créer des zones refuges naturelles (gabions, tas de sable, buches de bois…) en accord avec le contexte local permet d’enrichir les habitats possibles pour la faune sur son site. Une autre manière d’enrichir son site est de diversifier les milieux déjà présents en installant par exemple un point d’eau, ce qui permet d’accueillir une plus grande biodiversité.

Mélissa Delys - Consultante Biodiversité

Sources :

CPME - PME, pourquoi et comment agir pour protéger la biodiversité ?

Muséum national d’histoire naturelle - Contribuez aux sciences participatives

plus d'articles
La semaine de la mobilité durable en entreprise
On en parle
Semaine de la mobilité durable
Les écueils de la communication responsable
On en parle
Les écueils de la communication responsable
Transparence et engagement
On en parle
Transparence et engagement