blog
Chiffre du mois

Chiffre du mois

30 milliards 29 mars 2015

En France, les pics de pollution liés aux émissions de gaz polluants et de particules fines se multiplient.

"Certaines activités humaines rejettent dans l'air du dioxyde d'azote, du dioxyde de soufre ou des particules fines. Ces polluants peuvent affecter la santé des populations. Les conditions météorologiques, et en particulier les vents, jouent un rôle important dans leur dispersion ou leur accumulation" indique Météo France.

L'origine des ces émissions de polluants et de particules sont locales mais également diverses : trafic routier principalement, chauffage, rejets industriels et agriculture. 

En France, le coût de la pollution est estimé entre 20 et 30 milliards d'euros par an. Cette estimation de la Commission des Comptes de l'Economie et de l'Environnement prend en compte uniquement les dommages sanitaires de la pollution (décès prématurés, hospitalisations, maladies chroniques, journées d’activité restreinte, etc.). Le Sénat a lancé mi-mars une commission d'enquête sur le coût économique et financier de la pollution de l'air. "Au-delà de l’aspect sanitaire, se pose aussi la question des coûts environnementaux liés aux dommages aux écosystèmes ou sur les bâtiments et les structures. Cette commission ambitionne de dresser un « constat objectif » sur la question de la pollution atmosphérique, première préoccupation environnementale des Français selon un sondage Eurobaromètre publié en septembre 2014 par la Commission européenne" précise le quotidien Le Monde.

A Paris, face aux pics de pollutions, la circulation alternée a été mise en place à plusieurs reprises. Le 17 mars 2014, cette décision à conduit à une baisse moyenne de trafic de 18% (et 13% en petite couronne) selon Airparif, le réseau de surveillance de la qualité de l'air. Egalement le STIF (Syndicat des Transport en Île-de-France) a rendu gratuits les transports en commun afin d'inciter les voyageurs à utiliser ce mode de déplacement moins polluants. Des alternatives à la voiture individuelle semblent impératives. Les transports durables tels que le covoiturage, les transports en commun ou encore le vélo et la marche à pied peuvent venir remplacer la pratique de l'autosolisme et aider ainsi à la réduction de la pollution atmosphérique. 

plus d'articles
Biodiversité et pollutions
On en parle
Biodiversité et pollutions
La Norme WLTP
On en parle
La Norme WLTP
Comment construire son reporting RSE ?
On en parle
Comment construire son reporting RSE ?