blog
« Bonnes Nouvelles » Mobilité

« Bonnes Nouvelles » Mobilité

Les temps forts de 2018 11 janvier 2019
Au cours du mois de janvier, afin de motiver entreprises et citoyens à s’engager davantage pour la planète en 2019, nous mettons en avant les bonnes nouvelles de 2018 liées à nos trois pôles de métier : la biodiversité, la mobilité et les enjeux climat/énergie. Cette semaine, on continue notre série en passant au sujet de la mobilité…

ekodev apporte sa pierre à l’édifice

Le 1er janvier 2018 voit l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation dans le cadre de la Loi de Transition énergétique pour la croissance verte. Celle-ci rend obligatoire la réalisation d’un Plan de Mobilité (PDM) pour toute entreprise de plus de 100 collaborateurs sur un même site et située dans le périmètre d’un Plan de Déplacement Urbain. En 2018, ekodev accompagne des entreprises telles que Carglass, TNT, GPAM, Ikea, Allianz, les laboratoires Roche et le Crédit Agricole dans le développement d’un PDM sur une cinquantaine de sites, leur permettant ainsi de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et d’optimiser les trajets domicile-travail et professionnels.

ekodev contribue également à la sensibilisation du grand public aux solutions de mobilité durable. Par l’intermédiaire d’animations sur le covoiturage quotidien ou les nouveaux modes de transport tels que les vélos à assistance électrique, ekodev encourage le changement en matière de mobilité au sein des entreprises. La semaine de la mobilité, du 16 au 22 septembre 2018, permet notamment de mettre en avant ces sujets dans les 55 villes participantes en France. La « multimodalité » étant le thème de la 17e édition, ekodev met à l’honneur la possibilité de combiner plusieurs modes de transport pour arriver à une destination.

La France avance à petits pas

En janvier 2018, le nouveau Plan de Protection de l’Atmosphère d’Île-de-France est approuvé, imposant des actions d’information et d’alerte en cas de pic de pollution pour rapidement diminuer les concentrations de polluants et limiter l’exposition des personnes. Le même plan rend obligatoire la démarche de PDM pour les administrations.

Le 30 mars, la Ministre des Transports Élisabeth Borne annonce l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire français, qui se fera progressivement en fonction des services. Les régions seront les premières touchées, pouvant alors passer des appels d’offres pour l'exploitation des TER dès décembre 2019. En Île-de-France, ceci sera possible à partir de 2023 pour les lignes de trains franciliennes et à partir de 2033 pour les lignes du RER. Quant aux TGV, des opérateurs privés pourront concurrencer la SNCF dès décembre 2020. 

Élisabeth Borne et le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire François de Rugy dévoilent en septembre le Plan Vélo. Celui-ci prévoit de tripler la part modale du vélo dans les déplacements des Français d’ici 2024. Les mesures phares du plan incluent l’investissement de 350 millions d’euros dans un fonds « mobilités actives » et le lancement des projets d’aménagements afin de sécuriser la pratique du vélo. Concrètement, le premier appel à projets « Continuités cyclables » est lancé en décembre, visant la résorption de discontinuités cyclables, causées souvent par des rocades urbaines ou des voies ferrées, afin de faciliter les trajets quotidiens à vélo.

La loi d’orientation des mobilités (LOM) est ensuite présentée en conseil des ministres fin novembre. Celle-ci vise à faciliter le transport quotidien, à fluidifier la circulation et à lutter contre la pollution. Les grands axes de la loi concernent les alternatives à la voiture individuelle thermique et le passage des zones à circulation restreinte en zones à faibles émissions. Ces dernières interdisent l’accès aux véhicules les plus polluants, selon les seuils européens. La loi LOM reprend également et fixe dans la loi certaines thématiques qui apparaissent dans le Plan Vélo. Elle souhaite inciter la pratique du vélo par un « forfait mobilité durable » à partir de 2019, qui remplace l’indemnité kilométrique vélo mise en place jusqu’ici. Ce forfait implique une contribution de l’employeur aux coûts des trajets domicile-travail des salariés pouvant aller jusqu’à 400 € exonérés de charges et de cotisations sociales.

Une nouvelle prime à la casse est aussi proposée afin d'inciter les ménages à remplacer leur ancien véhicule trop polluant par un véhicule hybride rechargeable, électrique ou thermique, mais peu polluant. Face à la crise des gilets jaunes, un décret publié fin décembre met à jour les primes à la conversion : ceux-ci sont doublés (jusqu’à 4 000 €) pour les ménages les plus modestes et incluent désormais les véhicules d’occasion.

Par ailleurs, Greenpeace et le Réseau Action Climat ont développé un panorama 2018 de la mobilité durable pour évaluer les actions mises en place dans 12 grandes villes françaises. Strasbourg et Paris ont notamment eu de bons résultats à la suite de ces analyses. Les ONG valorisent les améliorations mises en place par la Ville de Paris, destinées à mettre progressivement un terme à l’utilisation de la voiture diesel et essence, telles que les zones à faibles émissions et l’objectif zéro véhicule diesel en 2024 et zéro véhicule essence en 2030. Afind’inciter au changement des comportements, la ville subventionne l'achat de vélos-cargos pour les professionnels, investit dans les stationnements vélo et maintient des zones piétonnes « Paris Respire ». 

L’année 2018 est également marquée par le développement de nouvelles offres de transports urbains. Les applications d’autopartage et de covoiturage (BlaBlaLines, Karos, Klaxit, Drivy, Ouicar, etc.) fleurissent et répondent de mieux en mieux aux besoins des particuliers. Pendant la grève SNCF entre avril et juillet, ceux-ci ont connu une croissance hebdomadaire de 10 %. Les flottes de vélos en « free-floating » (Ofo, Mobike, oBike, Indigo Wheel et Oribiky) et de trottinettes électriques (Lime, Wind, Bolt, etc.) ont connu une croissance inédite cette année. Ces « engins de déplacement personnel électriques » font l’objet de clauses dans la loi LOM, qui délègue l’encadrement de leur utilisation aux autorités organisatrices de la mobilité (AOM) et aux régions. 

La vente de voitures électriques sur le marché français est également montée en puissance (+ 16 %) depuis le début de 2018, avec une augmentation de 44 % au mois d’octobre, selon AVERE France. La Renault Zoe demeure en tête avec plus de 60 % des ventes, suivie par les Nissan Leaf et Smart Fortwo. Toujours représentant une partie infime (1 %) des immatriculations, le Mondial de l’auto à Paris fait la part belle aux véhicules 100% électriques et aux véhicules hybrides, un signe prometteur.

Que réservent les années à venir ?

Malgré les nombreuses mesures législatives annoncées en 2018 en faveur d’une mobilité durable, il est maintenant à l’ordre du jour de rehausser les objectifs du gouvernement afin de lutter contre l’engorgement des transports, la pollution de l’air et le changement climatique. Il est nécessaire en revanche de concilier transition écologique et justice sociale. Par exemple, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a considéré la possibilité de rendre gratuits les transports, une mesure inspirée par la gratuité des bus à Dunkerque, afin d’augmenter le pouvoir d’achat des plus défavorisés. Rejetée par Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, et finalement renoncée par la maire suite à un rapport sur le sujet, ceci représente les tensions qu’il faudra aborder entre écologie et économie. 

Les prochaines années verront apparaître tout un éventail de nouveaux modes de transports innovants, apportant toutefois de nouveaux défis quant à leur réglementation. La tendance continuera premièrement vers l’électrique. Il s’agira de rendre les véhicules électriques plus abordables et puissants afin de convaincre les acheteurs français de se convertir à l’électrique. L’hydrogène émergera comme une solution alternative pour sortir progressivement du diesel. Plusieurs régions se disent intéressées par le train à hydrogène, qui a déjà été inauguré en Allemagne l’année dernière. 

Finalement, les entreprises, souvent à la traîne sur l’application de la réglementation concernant les PDM, se mettront doucement en conformité avec la loi. Selon une étude menée par ekodev et La Riposte Verte en mars 2018, seulement 23 % des grandes entreprises assujetties ont mis en place un PDM. Les entreprises risquent de perdre le soutien technique et financier de l'ADEME si elles ne déposent pas leur PDM à leur AOM, ce qui peut être important pour ceux qui bénéficient de subventions du Plan d’investissements d'avenir.

En résumé

Le transport représente le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre (28 %) en France ainsi que la deuxième source de dépenses des ménages et le deuxième facteur de stress des Français. Il en résulte de nombreux défis à la fois écologiques, économiques et sociaux qu’il faudra rapidement résoudre. Les nouvelles innovations et les politiques introduites par le gouvernement français fin 2018 semblent placer la France sur la bonne voie. Il reste beaucoup à accomplir en 2019 donc nous comptons sur vous pour vous mobiliser…

Sources : European Mobility Week – Plan Vélo – Projet de loi LOM – RTL « SNCF : quel calendrier pour l'ouverture à la concurrence ? » – Actu-Environnement « Prime à la casse : les nouvelles aides à l'achat de véhicules moins polluants » – Greenpeace « Panorama 2018 de la mobilité durable » – France Info « Transports : de plus en plus de Français optent pour le covoiturage » – Autoplus « Les ventes d'électriques au beau fixe en octobre ! » – RFI « Mondial de l’auto 2018 : l’électrique à marche forcée » – 20 Minutes « Transport: Plusieurs régions intéressées par le train à hydrogène en France »  – Étude ekodev et Riposte Verte « Quelle mobilité liée au travail ? » – Journal du Net « Plan de mobilité 2019 : des conséquences pour la flotte d'entreprise ? »

Sarah Gold- Chargée de Communication

plus d'articles
Zone à Faibles Émissions
On en parle
Zone à Faibles Émissions
Effondrement, Bernard Madoff et jour du dépassement
On en parle
Effondrement, Bernard Madoff et jour du dépassement
Loi d'Orientation des Mobilités
On en parle
Loi d'Orientation des Mobilités