blog
Équipements électriques et électroniques
Équipements électriques et électroniques Quelle empreinte écologique ? 28 février 2017
De l'obsolescence programmée à la responsabilité élargie des producteurs.

Nous ne pouvons pas parler d’empreinte écologique des produits électriques et électroniques sans faire une brève introduction sur l’obsolescence programmée. L’obsolescence programmée est née de la nécessité de surmonter des problèmes de surproduction apparus aux États-Unis dans les années 30. La réelle problématique qui se posait alors était de savoir comment continuer à vendre lorsque le marché était déjà saturé.

Une réponse simple a été convenue. Il a fallu simplement limiter la durée de vie des équipements pour accélérer la fréquence d’achat de renouvellement. Des stratégies, fondées à l'époque sur l’efficacité et la robustesse du produit, ont donc été repensées en faveur du design et d’une durée de vie limitée. Accompagné d’un bon marketing, les entreprises concernées s’assurent alors un perpétuel « vouloir d’achat » du consommateur, malheureusement de plus en plus ancré dans nos modes de vie.

Mais cette méthode de production est bel et bien basée sur un postulat erroné, qui est celui d’une disponibilité illimitée des ressources naturelles. Produire continuellement des équipements électriques et électroniques nécessite une extraction incessante de matériaux tels que le cuivre, l’or, le cobalt ou le zinc, qui se raréfient désormais.

La production d’un ordinateur représente 475 kg CO2eq émis dans l’atmosphère, 3 500L d’eau utilisée et 1,5 kg de minerais extraits de la nature.

Outre le problème d’épuisement des ressources naturelles, l’obsolescence programmée conduit aussi logiquement à un volume de déchets plus important.

En 2015, en France, plus de 621 000 tonnes de déchets d’équipements électroniques et électriques (D3E) ménagers et professionnels ont été récoltées, soit une augmentation de 17,8% en seulement un an. En Asie, la quantité de D3E a augmenté de 63% en cinq ans !

En France, depuis 1975, le principe de responsabilité élargie des producteurs (REP) impose aux producteurs de contribuer à l’élimination de leurs déchets. La réglementation distingue alors deux cas de figure pour les entreprises.

  • Soit les produits ont été mis sur le marché avant le 13 août 2005, c’est alors au détenteur-consommateur de se charger du recyclage en faisant appel à un prestataire
  • Soit les produits ont été mis sur le marché après le 13 août 2005, et c’est au fabricant, dont le nom est inscrit sur le produit, d’assurer la collecte. Il peut alors organiser son propre système de collecte ou déléguer contractuellement la gestion de la fin de vie des déchets.

La filière de collecte des D3E professionnels est opérationnelle en France depuis 2005, et depuis 2006 pour les D3E ménagers. Selon l’ADEME, 74% des D3E sont aujourd’hui recyclés, 7% sont tout simplement détruits, et 5% sont utilisés pour faire de la valorisation énergétique.

En plus de garantir une diminution de l’impact environnemental en fin de vie de ces produits, il est bon également de repenser l'ensemble d'un modèle économique. Car bien que cette démarche présente l’avantage d’améliorer le taux de collecte et de diminuer l’impact en tant que déchets, elle ne fait que repousser le problème ! Il s’agit donc de passer à une économie plus durable, c’est-à-dire penser service plutôt que produit ou propriété, ou encore seconde vie pour le produit. L’économie circulaire, vous l’aurez compris, est une habitude que l’on se doit de prendre si le dernier smartphone nous fait de l’œil !

Philippine Gueguen - Consultante Climat / Énergie

Sources : Recyclage des déchets électriques : chiffres clés et faits marquants, Ecologic France - Déchets d'équipements électriques et électorniques (DEEE) : croissance record de la collecte en 2015, Notre Planète Info - Asie : forte hausse des déchets électronique, Le Figaro Economie - Les équipements informatiques des entreprises : un gisement inexploité pour l'économie circulaire, e-RSE.net.

plus d'articles
Décret sur la rénovation énergétique des bâtiments
On en parle
Décret sur la rénovation énergétique des bâtiments
L'appel pour le maintien des Etats-Unis dans l'accord de Paris
On en parle
L'appel pour le maintien des Etats-Unis dans l'accord de Paris
Permis de Végétaliser
On en parle
Permis de Végétaliser